Home 9 Course 9 Comment développer le potentiel de chaque cheval de course ?

Développer le potentiel de chaque cheval de course est l’une des préoccupations de tous les entraîneurs. Cependant, chaque cheval est différent et pour adapter l’exercice et tirer le meilleur de chacun d’eux les entraîneurs apprennent à connaître leurs forces, identifier leurs spécialités, apprécier leur comportement et reconnaître leur potentiel.

Comprendre la distance de prédilection grâce au profil locomoteur

La base de l’analyse de la locomotion est l’étude de l’amplitude et de la cadence du cheval.

L’amplitude d’un cheval est la longueur de sa foulée au trot et au galop.

La cadence d’un cheval est le nombre de foulées que le cheval effectue en une seconde.

La vitesse est le produit des deux et ce qui nous intéresse est donc de comprendre si un cheval préfère privilégier l’amplitude ou la cadence pour atteindre sa vitesse de pointe.

Exemple : Pour courir à 60km/h un cheval peut :

  • Avoir une foulée de 6 mètres, répétée 2,76 fois chaque seconde (6 x 2,76= 16,6 m/s soit 60km/h) – Environ 3 courtes inspire-expire.
  • Avoir une foulée de 7,8 mètres, répétée 2,12 fois chaque seconde (7,8 x 2,12=16,6 m/s soit 60km/h) – Environ 2 longues inspire-expire.

Le saviez-vous ? Au galop, le cycle respiratoire est calqué sur la foulée du cheval qui inspire dans la phase de projection, et expire lors de la poussée. Cela implique qu’une grande foulée avec une grande phase de projection permettra une plus grande inspiration qu’une petite foulée. D’où un « bol d’air » lorsque le cheval change de pied et reste un peu plus longtemps en projection.

Trois types de profils locomoteurs se distinguent

Les sprinters sont des chevaux qui excellent sur des courtes distances, en général moins de 1600m. Ils se caractérisent par une cadence des foulées très élevée qui leur permet d’atteindre leur vitesse maximale rapidement. Cet effort pour atteindre ces vitesses est très intense, la fréquence respiratoire liée à la cadence est très élevée et le cheval ne peut tenir que sur des courtes distances.

Les milers sont des chevaux présentant un profil locomoteur moyen, ils sont à l’aise sur des distances moyennes comme le mile, 1600m.

Les stayers sont des chevaux qui bénéficient d’une très bonne endurance et peuvent être engagés sur des distances plus importantes. L’amplitude de leurs foulées est plus élevée et leur cadence basse, ce qui leur permet de garder du souffle et tenir la distance.

profils locomoteurs selon la cadence

EQUIMETRE permet de mesurer facilement et efficacement le couple cadence/amplitude des chevaux à l’entraînement. Une fois les données monitorées, celles-ci sont restituées dans l’outil analytics de la plateforme pour une analyse approfondie et détaillée pour identifier le profil du cheval et donc sa distance de prédilection.

Objectiver les préférences de terrain et de piste

 

Offrir au cheval la possibilité d’aller chercher de très hautes vitesses à plusieurs reprises dans la saison est très intéressant, cela permet également de développer ses capacités locomotrices, de coordination, d’équilibre à pleine vitesse. Il est également intéressant de faire travailler les chevaux sur terrain plus lourd pour les muscler.

Afin de consulter les entraînements de vos chevaux et de suivre les évolutions de performances, il est important de qualifier les entraînements de chacun des chevaux en fonction des conditions d’entraînements. Le type d’entraînement, ainsi que le type de piste et la qualité du terrain sont les principales informations à renseigner pour la qualification de l’entraînement.

Une fois vos entraînements qualifiés, vous pouvez choisir de comparer les entraînements selon la data, le type de piste ou encore la qualité du terrain. Cet outil de comparaison permet également d’obtenir une vue d’ensemble des paramètres monitorés en fonction des filtres choisis préalablement.

Les éléments à comparer sur chaque type de piste par rapport aux autres chevaux :

  • La modification de la foulée à 60km/h.

Exemple : par rapport aux autres ce cheval modifie très peu sa foulée habituelle malgré un terrain profond –> a priori il peut performer mieux que les autres sur terrain lourd)

  • La récupération : ce cheval montre une meilleure récupération que les autres sur terrain lourd. Cette récupération est presque similaire à sa récupération sur terrain normal.

Développer les qualités d’un cheval en misant sur ses forces

 

Le mot clé : individualisation. En individualisant au maximum le programme d’entraînement d’un cheval, le travail est axé sur les forces et faiblesses identifiées du cheval. Chaque aspect du profil du cheval est donc travaillé minutieusement et optimisé pour que le cheval exploite au mieux son potentiel.

Les datas se proposent alors comme un outil intéressant pour construire des lots homogènes en termes de niveau de fitness, de spécialités et de préférence.

Parmi les sprinters, les chevaux qui font la différence sont ceux qui « tiennent ». La vitesse de finish des sprints étant en général inférieure au train de course : c’est à celui qui lâchera le plus tard. Dans leur entraînement ce qui est intéressant est d’essayer de « repousser le seuil », c’est-à-dire d’entraîner l’organisme à produire de l’énergie plus efficacement pour retarder l’apparition d’acide lactique.

Pour repousser le seuil, on peut faire appel aux graphes de zones de FC dans la page relecture de l’entraînement, et viser des travaux autour de 80-90% de la FC max.

Lors des exercices de vitesse le cheval travaillera dans la zone Anaérobie, nécessaire pour améliorer la vitesse de sprint et la coordination neuromusculaire à vitesse de course. Ce travail doit être soigneusement contrôlé en cas de fatigue extrême.

Pour les milers et les stayers, c’est l’endurance du cheval qui fait la différence : une économie d’énergie pendant la course permet une accélération au finish. Ces chevaux bénéficient particulièrement des travaux longs à rythme modéré, dans la zone de Tempo principalement aérobie (autour de 70-80% de la FC max), durant laquelle l’acide lactique intervient peu. Le travail dans cette zone améliore l’endurance et développe le système cardiovasculaire pour améliorer l’utilisation de l’oxygène.

interpréter les zones de FC

Par l’individualisation du travail, basée sur objectivation des forces et préférences de chaque cheval, l’entraîneur peut trouver le bon équilibre à l’entraînement pour veiller au bien-être du cheval tout en optimisant sa performance. Des données objectives d’entraînement permettent ensuite d’apporter des clés pour engager le cheval dans la meilleure course selon ses qualités.

Mots clés : potentiel du cheval de course, spécificités locomotrices, développement des capacités, fitness cheval de course, locomotion, aptitudes de vitesse, suivi de l’entraînement