Home 9 Cardio 9 Comprendre la V200 et la V4 chez le cheval de course

La fréquence cardiaque est un élément d’analyse important de la performance athlétique d’un cheval de course. Pendant longtemps, la mesure de la fréquence cardiaque d’un cheval était un travail fastidieux : il fallait réaliser cette mesure en clinique et cela nécessitait de nombreux instruments.

L’analyse cardiaque du cheval de course est essentielle au suivi médical ainsi qu’à l’optimisation de son entraînement. Le suivi cardiaque de vos chevaux permet notamment de détecter des pathologies respiratoires et d’éviter le sous ou surentraînement. De plus, grâce à l’analyse de valeurs clés telles que la fréquence cardiaque maximale ou la V200 et la V4, vous pouvez analyser la progression d’un cheval dans le temps et comparer vos chevaux entre eux.

Apprenez en plus sur l’utilité du cardiofréquencemètre pour le cheval sur notre article de blog dédié.

La V200 et la V4, deux outils encore trop peu utilisés sont essentiels afin d’établir un entraînement individualisé, objectivé et efficace. Leurs analyses nous semblent pertinentes au vu de la compétitivité croissante du secteur des courses hippiques.

Les zones de fréquence cardiaque

Avant d’aborder la V200 et la V4, il est important de bien maîtriser les différentes zones de fréquence cardiaque chez le cheval. Après avoir réalisé un test à l’effort standardisé (comme expliqué dans notre article), vous aurez à votre disposition la fréquence cardiaque maximale atteinte de votre cheval. De cette valeur découle plusieurs zones différentes, qui en fonction du pourcentage de la FCMax correspondent à différentes intensités d’effort.

Un effort peu intense implique une fréquence cardiaque faible. C’est ce que l’on appelle la zone aérobie. À faible vitesse, le corps utilise principalement la dégradation des graisses par l’oxygène pour produire de l’énergie. Ce mécanisme présente l’avantage de posséder un bon rendement, d’être une source quasi-inépuisable et ne produit pas d’acide lactique. En outre, c’est un travail qui améliore l’endurance fondamentale d’un cheval, afin d’améliorer sa résistance dans le temps et son niveau de fitness.

À l’inverse, lors d’un effort plus intense (au-delà de 80% de la FCmax) le cheval travaille son anaérobie. À cette intensité-là, les graisses ne produisent pas suffisamment d’énergie assez rapidement. Le corps dégrade alors  les réserves de glucose et de glycogènes (sucres) qui sont stockées directement dans les muscles, sans utiliser l’oxygène. Le glycogène, contrairement à la graisse, est en quantité limitée et produit des déchets tels que l’acide lactique. Sa dégradation est rapide et produit plus d’énergie, mais elle ne permet pas de soutenir un effort de cette intensité dans le temps. La présence d’acide lactique peut engendrer l’apparition de douleurs, voire même de blessures.

Le test à l’effort standardisé, couplé avec les zones de fréquence cardiaque permet donc d’effectuer un suivi longitudinal du niveau de fitness d’un cheval :

  • Lors d’un effort similaire et réalisé dans les mêmes conditions, est-il meilleur qu’avant ?
  • Lors d’une comparaison vos chevaux entre eux : lequel maintient sa vitesse maximale le plus longtemps, lequel récupère le plus vite ?

C’est afin de répondre à ces questions que nous vous présentons la V200 et la V4.

La V200

La vitesse 200 ou V200 est la vitesse atteinte par un cheval lorsque sa fréquence cardiaque est de 200 battements par minute. C’est une valeur uniforme qui, à conditions d’enregistrement égales, permet de comparer les chevaux sur une base commune. De plus, si elle est mesurée plusieurs fois dans l’année, la V200 permet d’objectiver la progression d’un cheval au cours de la saison. Une V200 qui augmente souligne un meilleur état de fitness du cheval. En effet, un cheval qui court plus vite à une fréquence cardiaque égale possède un meilleur cardio.

Sur le graphique suivant, on voit que le cheval rouge et le cheval bleu ont une FCMax identique de 216 BPM. Le cheval rouge a une V200 supérieur de 0,5 mètres par seconde (m/s). Lorsque ces deux chevaux atteignent leur FCMax (216 BPM), l’écart de vitesse s’accroît, atteignant un différentiel de 0,9 m/s. Cela témoigne d’un meilleur état de fitness chez le cheval rouge.

Il faut cependant garder en tête que les chevaux ont des fréquences cardiaques maximales différentes. Ainsi, un cheval avec une V200 supérieur à un autre n’est pas nécessairement plus rapide. 

De plus, la V200 peut varier en fonction de facteurs externes comme la condition de la piste, la température ou l’heure d’entraînement. C’est pourquoi afin de pouvoir comparer de manière cohérente plusieurs V200 entre elles (d’un même cheval ou non), il faut la mesurer dans des conditions les plus similaires possibles. Si les conditions d’enregistrement de la V200 diffèrent trop, alors l’analyse ne sera il manque une phrase

La V4

La V4 ou VLa4 correspond à la vitesse associée à un niveau de lactémie de 4 mmol/l. La V4 est donc atteinte lorsqu’un cheval a 4mmol de lactates (déchets des muscles) par litre de sang. Ce seuil est le point de passage entre un effort aérobique et un effort anaérobique. Lors d’un effort de type anaérobie, les lactates deviennent majoritaires dans la source de création d’énergie.

La V4 est donc unique chez chaque cheval et varie en fonction de son niveau de fitness. Certaines races ont une V4 moyenne plus élevée que d’autres, mettant en lumière la nécessité d’individualiser l’entraînement pour chaque cheval. Si la V4 d’un cheval augmente, cela signifie que sa capacité à éliminer les lactates s’est améliorée, symbole d’un meilleur fitness et d’une meilleure résistance à l’effort intense. Plus rapidement les lactates sont éliminés, plus un cheval est capable de maintenir son effort dans le temps et moins le risque de douleurs et blessures sera élevé.

Cependant, tout comme la V200, la V4 est dépendante de nombreux facteurs exogènes tels que le dénivelé, le type et la qualité du sol. Ainsi, les chercheurs ont établi une variante : la FC4. Cette dernière mesure la fréquence cardiaque d’un cheval lorsque le seuil de 4mmol/l est atteint. Généralement située autour des 170 battements par minute, la FC4 est donc indépendante des facteurs exogènes cités précédemment.

L’utilisation de la fréquence cardiaque pour suivre et analyser l’effort physique est une pratique répandue dans tous les sports de haut niveau. Les chevaux de courses, comme tout autre athlète, ont besoin de ce suivi pour performer et maximiser leurs chances de victoire.

Ainsi, une analyse poussée de la fréquence cardiaque avec des indicateurs tels que la V200 ou la V4 est fondamentale pour mener à bien un programme d’entraînement. Utiliser la fréquence cardiaque est la garantie de résultats nets. Cela permet d’améliorer autant que possible le fitness du cheval monitoré ainsi que de maximiser son bien-être en respectant ses capacités.

EQUIMETRE a pour mission de faciliter la collecte de la fréquence cardiaque et de démocratiser son utilisation dans la filière équine. Évidemment, la fréquence cardiaque n’est qu’une donnée à analyser parmi tant d’autres. Arioneo vous aide également à récolter et analyser des données précieuses sur la vitesse des chevaux de course ainsi que leurs locomotions respectives.

Mots clés: fréquence cardiaque et vitesse cheval de course, optimisation de l’entrainement, sous-entrainement, sur-entrainement, fréquence cardiaque cheval de course, zone de fréquence cardiaque, V200 et V4, bpm et vitesse