Le test à l’effort est un outil d’évaluation physiologique. L’objectif est de mesurer les réponses cardiaques et métaboliques de l’organisme d’un cheval de course au cours d’un exercice standardisé. Cette quantification des performances physiques et de l’état de santé à un instant T permet d’assurer un suivi régulier ainsi qu’un cadre sécurisé pour travailler les chevaux. Contrairement à l’homme, ces athlètes sont dans l’incapacité de communiquer. Ainsi, une connaissance du fonctionnement physiologique de chaque cheval est essentielle afin de mieux les appréhender individuellement. Cet article a pour objectif de présenter les intérêts du test à l’effort chez le Trotteur ainsi qu’un exemple de protocole utilisé fréquemment par les vétérinaires et chercheurs.

Les objectifs du test à l’effort chez le Trotteur

Le test à l’effort chez le Trotteur présente de nombreux avantages. Le premier consiste à évaluer les aptitudes physiques dès le plus jeune âge. Pour des raisons logistiques, financières et sportives, la détection des futurs performeurs est souvent un objectif poursuivi par les équipes au sein de l’entourage des chevaux. Le test à l’effort chez le trotteur fait partie des outils permettant d’identifier les chevaux prometteurs et ceux présentant un manque de potentiel pour tenir la distance ou la vitesse en course. Il est cependant important de rappeler que ce type de test est éprouvant pour l’organisme et doit donc être réalisé dans un cadre sécurisé afin d’assurer le bien-être du jeune équidé.

L’évaluation objective de la progression dans le temps constitue le deuxième avantage d’un test à l’effort. En effet, il offre la possibilité de suivre très précisément un cheval et de valider l’intensité de son entraînement à l’aide de mesures tangibles. La progression et l’efficacité de l’entraînement sont alors mesurées objectivement grâce à l’acquisition de références pour chaque cheval. Il est alors possible d’établir des comparaisons fiables d’un même cheval d’une période à l’autre ainsi qu’entre les différents chevaux d’une écurie soumis à un test standardisé identique.

Enfin, le dernier avantage du test à l’effort repose sur la détection de signes avant-coureurs de pathologies qui ne seraient pas visibles à l’œil nu. Par exemple, une fréquence cardiaque anormalement élevée lors de l’échauffement peut évoquer une douleur, une récupération anormale peut également alerter sur le l’état de forme du cheval.

Quels sont les paramètres mesurés lors d’un test à l’effort ?

La fréquence cardiaque

La fréquence cardiaque est l’indicateur de fitness par excellence. Elle ne suffit pas à elle seule pour évaluer les aptitudes sportives d’un cheval, mais elle constitue un bon point de départ. C’est un paramètre significativement influencé par l’entraînement. C’est pourquoi la fréquence cardiaque est souvent utilisée afin de mieux appréhender le fitness des chevaux athlètes.

 La lactatémie

La lactatémie correspond au niveau de lactates présents dans le sang à un instant T. Ce paramètre bien connu du monde du suivi médico-sportif se mesure à l’aide d’une prise de sang réalisée à la suite d’un effort. C’est à partir de cette mesure qu’est calculée la V4. C’est la vitesse à laquelle le cheval a atteint une lactatémie de 4mmol/l.

La vitesse

Régulièrement mesurée au cours de l’entraînement des trotteurs à l’aide de chronomètres, la vitesse est un élément important à objectiver afin d’évaluer l’intensité de l’effort demandé au cheval.

Les paramètres calculés

La V200

La V200 est un outil de comparaison intéressant et permet de tirer des conclusions pertinentes. Ce paramètre calcule la vitesse pour une fréquence cardiaque de 200 battements/min. Elle représente un point de référence dans la comparaison d’un cheval à l’autre ou d’un même cheval à différents instants. Grâce à un entraînement efficace, ce paramètre devrait augmenter au cours du temps.

La V2 et V4

La V2 et la V4 correspondent aux vitesses pour lesquels la lactatémie atteint respectivement 2 et 4 mmol/l.  En calculant ces paramètres, il est possible d’établir la zone de transition aérobie/anaérobie de chaque cheval et d’ainsi obtenir une connaissance plus fine de leur capacité cardiaque. Ces paramètres sont influencés par l’entraînement et sont fortement corrélés à la performance en course des trotteurs. Ainsi, l’entraînement améliore les capacités aérobies et augmente la capacité de l’organisme à absorber sa production de lactates.

Pour être fiables, ces valeurs de références doivent être mesurées dans des conditions parfaitement comparables et sur un protocole de test identique.

Les outils nécessaires

Le matériel permettant de mener à bien ce type de test est composé de 2 éléments :

  • Un cardiofréquencemètre afin de mesurer la fréquence cardiaque tout au long de l’effort. Le cardio fréquencemètre EQUIMETRE sera un atout de taille puisqu’il permet de visualiser en direct les paramètres de vitesse et de respiration. Il est également possible de les analyser sur la plateforme une fois l’entraînement terminé.
  • Un analyseur portable permettant de mesurer la lactatémie grâce à la concentration de lactate

Exemple de test pratiqué

Le test retenu pour cet article correspond au test mis au point par Demonceau et Auvinet en 1992. L’objectif est d’augmenter progressivement l’intensité de l’effort demandé afin de mesurer la réponse de l’organisme du trotteur d’un point de vue énergétique.

Le test commence par un échauffement libre d’une durée d’environ 10 min au trot lent, de 250 à 300m/min. Chez les trotteurs, le test le plus souvent utilisé comporte 3 paliers de 3 minutes chacun avec un temps de repos de 1 min entre chaque palier. Les paliers sont effectués à vitesse constante, cependant cette dernière augmente progressivement d’un palier à l’autre. La vitesse de chaque palier dépend du niveau d’entraînement et de l’âge des chevaux présentés. Une récupération active d’environ 10 min au petit trot est préconisée afin de permettre au cheval de rentrer à l’écurie sans essoufflement exagéré. L’utilisation d’un capteur connecté pour visualiser les données en live permet de maintenir une régularité de la vitesse durant les paliers.

Pour assurer un suivi optimal de l’entraînement, les tests devraient être réalisés avant et après chaque phase de l’entraînement (montée en forme, préparation à la course, récupération), afin d’évaluer si celui-ci a été concluant et efficace.

Analyse d’entraînement par intervalles

Les entraînements de trotteurs utilisent très souvent l’exercice de la ligne droite répétée au cours de l’entraînement avec une augmentation graduelle de l’intensité. Ces exercices hebdomadaires constituent également une base pour effectuer des mesures. En effet, ils répondent aux exigences des protocoles :

  • Conditions identiques et protocole standardisé
  • Augmentation graduelle de l’intensité par palliers
  • Palliers entrecoupés de courtes phases de récupération
  • Récupération active après l’entrainement par intervalle

Sur ce type d’entrainement les indicateurs de V200 et d’acidose mesurés automatiquement par Equimetre et disponibles sur l’outil Analytics sont fiables.

L’analyse longitudinale de l’évolution de ces paramètres au cours de l’année permet une vision objectives de l’évolution physiologique des chevaux de course.

Pour conclure, ces tests se présentent comme des examens de routine sur les Trotteurs à l’entraînement. L’objectif est d’estimer leurs aptitudes physiques, et ce dès le plus jeune âge, de détecter des anomalies et de valider et planifier la charge d’entraînement. Ces exercices sont intenses pour les chevaux, nous vous conseillons donc de vous rapprocher de votre équipe vétérinaire pour plus d’informations.

Sources

Leleu, C., Cotrel, C. and Courouce-Malblanc, A., 2005. Relationships between physiological variables and race performance in French standardbred trotters. Veterinary Record, 156(11), pp.339-342.

Genty, A., 2021. Les pratiques d’entraînement du trotteur français avant la qualification. Étude de terrain en région de basse-normandie. Doctorat. École Nationale Vétérinaire d’Alfort.

GALLOUX, P. (2017). Evaluer la condition physique de son cheval. Retrieved 23 July 2020, from https://equipedia.ifce.fr/equitation/disciplines-olympiques/planification-de-lentrainement/evaluer-la-condition-physique-de-son-cheval-pour-individualiser-son-entrainement

Auvinet, B., Galloux, P., Michaux, J., Franqueville, M., Lepage, O., Ansaloni-Galloux, A., & Coureau, C. (1991). Test d’effort standardisé de terrain pour chevaux de concours complet (TEST). Science & Sports, 6(2), 145-152. doi: 10.1016/s0765-1597(05)80125-x

Demonceau, T. and Auvinet, B., 1992. Test d’effort de terrain pour trotteurs à l’entraînement : réalisation pratique et premiers résultats. Congrès: 18ème journée d’étude Quoi de neuf en matière d’études et de recherches sur le cheval ? (4 mars 1992; Paris),.

Home 9 Cardio 9 Le test à l’effort chez le trotteur : quels objectifs ?