La fréquence cardiaque maximale (ou FC Max) correspond au nombre maximal de battements par minute que peut atteindre un cheval durant un effort. Cette fréquence cardiaque maximale est propre à chaque cheval.

Elle diminue légèrement avec l’âge du cheval et est très peu influencée par l’entraînement. Par ailleurs, elle n’est pas corrélée au niveau de performance d’un cheval. Lors d’une même course, il a été montré que la fréquence cardiaque maximale enregistrée des chevaux variait de 204 à 241 BPM (Evans, 2007).

La fréquence cardiaque maximale est propre à chaque cheval.

Afin de mieux appréhender le travail de son cheval et le faire travailler sur des plages de fréquences cardiaques qui lui sont propres, il est nécessaire d’évaluer sa fréquence cardiaque maximale au moins deux fois au cours de la saison.

 

Comment évaluer la fréquence cardiaque maximale ?

La fréquence cardiaque maximale peut être mesurée pendant un exercice où l’intensité de l’exercice nécessitera un apport d’énergie important. Typiquement, un effort de vitesse maximale de 70% à 80% sur au moins 1600m ou sur une piste avec un gain d’altitude positif, ou une force supérieure à 90% de la vitesse maximale sur 600m.

Cependant, afin d’évaluer la vitesse à laquelle le cheval atteint sa fréquence cardiaque maximale, le test incrémental arrêtera l’effort lorsque la fréquence cardiaque maximale sera atteinte et ne poussera pas le cheval inutilement. Ce test permet également d’évaluer la vitesse à la fréquence cardiaque maximale.

 

Que se passe-t-il lorsqu’un cheval atteint sa fréquence cardiaque maximale ?

Le volume maximum d’oxygène (VO2 max) qu’un cheval peut utiliser est l’un des meilleurs indicateurs du niveau de performance. De plus, la fréquence cardiaque est fortement corrélée au volume d’oxygène consommé par l’organisme.

Une fois le HR Max atteint, il ne reste plus grand-chose pour que le cheval accélère et atteigne son VO2 max. Cela signifie qu’il doit puiser dans ses autres sources d’énergie pour pouvoir accélérer.

Cependant, comme les autres sources d’énergie sont limitées en quantité lors d’une course, un cheval peut maintenir sa vitesse maximale sur environ 600 à 800 mètres…

On définit généralement les zones d’effort en fonction de la FCmax, comme suit :

  •  Jusqu’à 70% de la FCmax, le corps utilise les graisses comme moyen de production principale. On parle alors d’aérobie.
  • Entre 70 et 80% de la FCmax, les graisses continuent d’être consommée mais la différence est comblée par du glycogène. Le corps est toujours capable de fournir assez d’oxygène pour éliminer d’acide lactique. On parle ici d’anaérobie alactique.
  •  80% à 90% de la FCmax, à partir de ce seuil le corps commence à accumuler de l’acide lactique. Plus il en accumule moins la contraction musculaire est efficace. A ce seuil, on associe une vitesse appelé la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) qui est la vitesse maximale qu’il est possible d’atteindre sans produire d’acide lactique. Au-delà de ce seuil, le corps passe en anaérobie lactique.
  • 90% à 100% de la FCmax, le corps accumule énormément d’acide lactique. Cela devient douloureux pour les muscles et le corps de supporter l’exercice.
fréquence cardiaque maximale cheval

Analyse des zones de fréquence cardiaque en fonction de la FCmax sur la plateforme EQUIMETRE