Home 9 Témoignages 9 Témoignage Equimetre – L’expérience de Raphael Freire

Raphael Freire est un entraîneur de chevaux de course. Jockey depuis ses 16 ans, c’est en 2019 qu’il décide de devenir entraîneur. Découvrez comment les données lui permettent-elles de compléter son ressenti, et de se différencier à l’aide d’une nouvelle approche.

Pouvez-vous présenter votre carrière ?

Je viens d’une famille du milieu des courses au Brésil et je suis jockey depuis l’âge de 16 ans. J’ai passé ma licence d’entraîneur en 2019, et j’avais très peu de chevaux à l’époque. J’en avais environ 2 ou 3. L’année dernière, à la fin de la saison, ça s’est un peu accéléré pour moi. J’ai eu plus de propriétaires et quelques chevaux de plus à l’entraînement. J’ai commencé cette année avec 6 chevaux, et maintenant nous en avons 11. Nous avons une petite industrie des courses ici en Norvège, et toute la Scandinavie représente un seul pays en ce qui concerne l’industrie des courses. Nous courons beaucoup en Norvège, au Danemark et en Suède également. J’ai 25 ans, ce qui n’est pas très âgé pour un entraîneur !

Quelles sont les grandes courses pour lesquelles vous préparez votre écurie et vos chevaux en ce moment ?

Une de nos pouliches de deux ans coure le 12 août. Nous avons eu la chance d’avoir quelques bons deux ans cette année. Nous nous préparons pour la plus grande réunion en Norvège, qui est le Derby. Je vais courir essentiellement des chevaux de 2 ans, mais nous aurons peut être un coureur dans le Sprint.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la façon dont vous préparez ces événements ? Et comment la collecte de données peut-elle vous aider dans ce processus ? 

Oui, absolument. J’ai un exemple parfait : Prince of Tides. Je n’étais pas sûr de la distance qui lui conviendrait le mieux. Ce cheval était en forme, et je pensais qu’il avait le profil d’un miler comme son pedigree l’indiquait. Mais les données m’ont dit le contraire. En regardant ses données de cadence et d’amplitude,  j’ai pu identifier son profil locomoteur. Cela correspondait mieux à son tempérament qu’à son pedigree, par exemple. On l’a essayé sur une autre distance, plus courte, en essayant d’en faire un sprinter. Cela a très bien marché pour nous. Les données ont été décisives lors de ce changement.

Ce que j’apprécie le plus dans ce produit, c’est que vous n’avez pas besoin de faire courir un cheval et de deviner si vous avez fait du bon travail ou non, si votre cheval est en forme. Vous pouvez en être sûr et cela fait de vous un entraîneur beaucoup plus confiant. Vous savez exactement le travail que vous avez fait et où en sont vos chevaux, du moins du point de vue de leur condition physique. C’est pour moi le plus grand avantage.

Quels sont vos paramètres préférés, ceux que vous analysez en premier après l’entraînement? 

J’ai commencé à utiliser EQUIMETRE sur les canters pour obtenir tous les détails et toutes les informations possibles. Maintenant, je l’utilise principalement lorsque je fais galoper mes chevaux à haute vitesse.

Avec le temps et l’expérience des données, vous apprenez à connaître vos chevaux et leurs données habituelles, et vous apprenez à “deviner” les données. En effet, lorsque vous suivez un cheval un jour donné, vous savez comment il s’est comporté ce jour-là avec les données collectées. L’entraînement suivant, vous pouvez alors deviner qu’elles auraient été les données en fonction de son comportement. Vous savez ce qu’il s’est passé et comment les choses se sont déroulées. Vous pouvez lire votre cheval et ses “données potentielles” sans utiliser EQUIMETRE sur ce cheval car c’est quelque chose que vous avez déjà expérimenté. Cela m’a permis de construire des données de référence et d’entraîner mon œil.

J’aime analyser la locomotion de mes chevaux de course. La cadence est le paramètre qui me fascine le plus. Et bien sûr, je trouve fantastique de pouvoir analyser la fréquence cardiaque, la capacité de récupération et tous les autres paramètres de la plateforme.

Comment choisissez-vous quel jour quel cheval monitorer ? 

J’ai un EQUIMETRE pour le moment, mais je n’ai que quelques chevaux, donc je n’en suis pas encore là. Mais comme je l’ai dit, vous pouvez lire le cheval même si vous n’avez pas l’appareil sur vous. Si je fais galoper deux chevaux en sachant que l’un d’eux est apte grâce à ses données des entraînements précédents, j’installerai EQUIMETRE sur l’autre cheval. Vous devez évaluer la situation, puis vous prenez la décision. C’est une situation normale d’entraînement d’un cheval de course.  Vous évaluez le cheval, son état de forme. J’essaie toujours de le mettre sur celui qui est le moins en forme, pour essayer d’obtenir plus de détails, savoir si j’ai raison ou tort.

Avez-vous un cheval dont les données se sont améliorées avec le temps et l’entraînement ? 

Oui, en effet. J’ai une pouliche de deux ans qui a été plus lente que prévu lors de sa première course. Elle a quand même fait une bonne course et elle a pris son temps pour récupérer. Lors du galop suivant, nous avons découvert quelque chose. Sa vitesse s’était beaucoup améliorée. Avant la course, elle avait atteint un pic de 59 km/h et n’avait pas été capable de le maintenir. Mais lors de son galop suivant la course, elle a atteint une vitesse de 64 km/h, et elle l’a maintenue pendant un certain temps. C’était donc surprenant. J’aurais senti que le cheval s’était amélioré, mais je n’aurais pas deviné une telle amélioration.

Pourquoi avez-vous choisi EQUIMETRE ?

À mon avis, tous les autres sports ont beaucoup progressé avec la technologie, et j’ai l’impression que parfois, dans les courses de chevaux, nous nous sommes en retard. Les gens pensent que les anciennes méthodes sont les meilleures et personne ne veut changer quoi que ce soit. Je voulais essayer quelque chose de nouveau. Si je suis un jeune entraîneur qui essaie de percer dans un environnement de personnes qui ont fait leur nom et leur carrière, je devais essayer quelque chose de différent, proposer une approche différente. C’est pourquoi j’ai cherché une nouvelle technologie, et j’ai découvert Equimetre. J’ai décidé d’essayer, et je suis heureux de l’avoir fait !

Comment imaginez-vous le futur de l’industrie des courses ?

Difficile à dire, n’est-ce pas ? On ne sait jamais ce que les gens pensent. Je pense que les courses de chevaux sont un vieux sport pour beaucoup de gens. Beaucoup pensent que ce genre d’appareil est inutile car si vous ne savez pas si votre cheval est en forme, vous ne devriez pas être entraîneur. Des gens qui pensent qu’ils savent mieux que la machine. Je pense que l’avenir des courses de chevaux est très imprévisible. Je n’ai pas la réponse à cette question.

Voulez-vous ajouter quelque chose ?

J’aime beaucoup EQUIMETRE et l’équipe Arioneo parce que vous prenez le temps et l’intérêt d’expliquer comment analyser les données et utiliser l’appareil. Maintenant que j’ai appris à l’utiliser à ma façon, je sais comment l’utiliser par moi-même. Mais si j’ai besoin d’une réunion mensuelle pour analyser mes données, je sais que je peux le faire. Vous êtes très réactifs, et je pense que tous les entraîneurs apprécieraient. Enfin, Equimetre est aussi un excellent moyen de faire preuve de transparence envers nos propriétaires si l’on est prêt à partager les données avec eux.

Mots clés : témoignage equimetre, user story equimetre, système de suivi des chevaux de course, courses de chevaux