MESURER LA  FRÉQUENCE CARDIAQUE  DU CHEVAL DE COURSE

Pourquoi mesurer la fréquence cardiaque du cheval de course ? Quelles données regarder pendant le travail du cheval ? Comment améliorer la récupération pour atteindre un excellent état de forme et préparer son cheval à courir ?

L’objectif de ce guide est de transmettre toutes les clés nécessaires à l’analyse du cardio du cheval de course. L’amélioration de la performance et le suivi de la santé sont des sujets important pour tout entraîneur, propriétaire et professionnel du monde des courses. L’arrivée de la data dans la filière procure de nouvelles informations clés, objectives et nécessaires à la réflexion et à la mise en place de stratégies de courses gagnantes.

1. QU’EST-CE QUE LA FRÉQUENCE CARDIAQUE D’UN CHEVAL DE COURSE  ?

 

Tout comme chez l’homme, la fréquence cardiaque d’un cheval de course correspond au rythme des battements de son coeur. Le coeur et les vaisseaux sanguins constituent le système cardio-vasculaire du cheval. Ce dernier est à l’origine de la circulation sanguine et permet d’assurer le transport d’oxygène vers les muscles. Chez le cheval de course, le volume de sang éjecté lors de chaque contraction cardiaque (volume d’éjection systolique) est de plus d’1L.

L’entraînement d’un cheval de course contribue à l’amélioration de sa capacité cardiaque. En effet, la masse cardiaque a tendance à se développer et augmenter d’environ 15% suite à un entraînement régulier. Le coeur se fatigue moins car il bat plus lentement pour un travail identique. Ainsi, la capacité cardiaque d’un cheval de course est un élément déterminant de sa réussite. 

Mesurer la fréquence cardiaque permet d’obtenir des informations sur son niveau de forme physique et son adaptation à l’entraînement.

 

POURQUOI LA V200 EST-ELLE IMPORTANTE ?

 

La V200 correspond à la vitesse atteinte par le cheval lorsque son rythme cardiaque atteint les 200 BPM. Les meilleurs chevaux se démarque par une V200 plus élevée que la moyenne. Pour autant, ce paramètre est utilisé pour évaluer les progrès réalisé par un même cheval au cours d’une période donnée. 

cardio cheval

LA FRÉQUENCE CARDIAQUE MAXIMAL (FCmax)

Il a été démontré dans la littérature que la fréquence cardiaque est fortement corrélée au volume maximum d’oxygène consommé par l’organisme lors d’un effort. Ainsi, la fréquence cardiaque maximale est un indicateur permettant d’évaluer le volume maximum d’oxygène (VO2max) qu’un cheval utilise lors d’un effort. La VO2max est un excellent indicateur de niveau de performance. 

Une fois la FC Max atteinte, le cheval atteint son niveau niveau maximum d’oxygène consommable et puise dans ses autres sources d’énergie afin d’accélérer. Ces autres sources étant présentes en quantité limitées dans l’organisme, le cheval est à même de maintenir sa vitesse maximale sur environ 600 à 800m lors d’une course. 

 La FCmax est mesurable lors d’efforts intenses :  70 à 80% de la vitesse maximale sur au moins 1600m, sur une piste ayant un dénivelé positif ou lors d’une intensité supérieure à 90% de la vitesse maximale sur 600m.

Ce paramètre peu influencé par l’entraînement diminue légèrement avec l’âge. La FCmax ne constitue pas un indicateur de performance en soit mais peut permettre d’évaluer la progression réalisé par un cheval lors d’une période d’entraînement : sa vitesse sera plus élevée pour une même FCMax. 

Il est recommandé de mesurer la fréquence cardiaque maximale au moins deux fois au cours de la saison à l’aide d’un test à l’effort encadré d’un vétérinaire. Ces mesures permettent de mieux appréhender le travail de son cheval et d’individualiser l’entraînement en le faisant travailler sur des plages de fréquences cardiaques qui lui sont propres.

Un test à l’effort est un exercice de caractérisant la capacité de travail d’un cheval grâce à l’objectivation de sa réponse à l’entraînement.

2. POURQUOI ET COMMENT MESURER LA FRÉQUENCE CARDIAQUE D’UN CHEVAL DE COURSE ?

ÉVALUER LE NIVEAU DE FORME

Chaque cheval de course possède des aptitudes physiques qui lui sont propres. Ainsi, ils ne disposent pas tous des mêmes limites. Certains chevaux ont naturellement le souffle nécessaire pour courir un 2500m, tandis que d’autres sont essoufflés à la fin d’un 1200m. C’est pourquoi il est essentiel d’analyser l’évolution du rythme cardiaque à la fin de chaque entraînement. Il est alors possible de répondre à la question suivante : le cheval peine-t-il réellement à atteindre la finish line ? 

Le graphique d’évolution de la fréquence cardiaque disponible sur la plateforme web EQUIMETRE est un outil permettant de caractériser la récupération du cheval et l’intensité de l’entraînement effectué. Ces paramètres quantifient objectivement le niveau de forme du cheval, sa capacité à tenir un exercice et sa fatigue.

 Une fréquence cardiaque basse au repos (sans perturbation) serait associée à un bon niveau de forme, alors qu’une valeur élevée peut notamment être associée à une douleur, une maladie ou à de la fatigue liée au surentraînement.

ÉVALUER L’IMPACT D’UN ENTRAÎNEMENT

Lorsque la fréquence cardiaque d’un cheval a tendance à rester élevée alors que la vitesse a chuté, cela signifie que l’entraînement a été trop intense et mal supporté par le cheval. Dans l’idéal, la courbe des BPM doit chuter directement avec la courbe de la vitesse. Si tel est le cas, le cheval a une bonne condition physique et a bien supporté l’exercice.

cardio cheval de course

Toutefois, la fréquence cardiaque ne dépend pas que de l’effort, mais aussi de facteurs exogènes tels que l’inclinaison du terrain, le poids du cavalier, une modification du type ou de l’état de la piste, les conditions météorologiques… etc.  Afin de comparer deux entraînements, il est donc important de s’assurer que les conditions soient les plus standardisées possibles

REPÉRER ET PRÉVENIR LES PATHOLOGIES CARDIAQUES

Aujourd’hui, les athlètes de haut niveau sont épaulés dans leur pratique sportive grâce à l’analyse de certaines données physiologiques par des professionnels de la santé, leur permettant ainsi de réduire le risque de pathologies tels que l’arythmie, la fibrillation atriale. Récolter rapidement et facilement des données cardiaques chez les chevaux de course est un atout majeur pour la filière course afin de réduire les risques liés à la santé. Par exemple, le suivi longitudinal et l’analyse de l’ECG sont des outils permettant de détecter les signes d’arythmie et de traiter le cheval en conséquence.

fibrillation atrialle

Exemple d’ECG où le cheval est atteint de fibrillation atriale

ecg cheval

Exemple d’ECG où le cheval est en bonne santé

Equimetre est un outil qui permet de faire parler le cheval au travail. Les paramètres physiologiques sont mesurés et ceux-ci permettent de savoir si le cheval travaille dans le confort et la sécurité ou non. Quand il a des difficultés à s’entrainer, soit parce qu’il n’a pas les qualités requises, soit parce qu’il a un problème de santé sous-jacent, les paramètres seront dans le rouge et seront mis en évidence par EQUIMETRE, et ce bien plus que si l’on se fonde sur des critères purement subjectifs. Il s’agit de mettre des valeurs chiffrées sur l’impression de l’entraîneur, et voir si les valeurs anormales se répètent au fil du temps auquel cas il faut s’en préoccuper.

Emmanuelle van Erck

Vétérinaire spécialisée en médecine interne et sportive, ESMP

LE CARDIOFRÉQUENCEMÈTRE D’ARIONEO COMME INSTRUMENT DE MESURE

Pour mesurer avec précision la fréquence cardiaque d’un cheval, il est possible d’utiliser un cardiofréquencemètre. C’est l’un des instruments de mesure le plus utilisé par les sportifs, et permet d’acquérir le rythme cardiaque à la seconde près.

Le cardiofréquencemètre d’Arioneo est composé d’électrodes brevetés internationalement et spécifiquement dédiées à l’athlète équin. Il permet de récolter le signal cardiaque durant la totalité de l’effort, même à pleine vitesse.

cardio cheval de course

3. ANALYSER LES DONNÉES POUR AMÉLIORER LES STRATÉGIES DE COURSES

 

SUIVI LONGITUDINAL DE LA FRÉQUENCE CARDIAQUE ET DU FITNESS

Afin de comparer les chevaux dans le temps, il est nécessaire de comparer des paramètres fiables pour lesquels l’entraînement va avoir une influence. Par exemple, la FC max ne sera que très peu modifiée avec l’entraînement, alors que l’adaptation physiologique va conduire à diminuer sa fréquence cardiaque à une vitesse donnée (pour un exercice sous-maximal).

Toutes les adaptations du système cardio-vasculaire sont liées entre elles et certaines se reflètent dans la mesure de la fréquence cardiaque au cours de l’exercice. La connaissance de la fréquence cardiaque maximale est indispensable pour quantifier les niveaux de travail et de récupération propres à chaque cheval. Cela permet de définir les zones de travail relatives à l’amélioration de certains paramètres physiologiques. Par ailleurs, la connaissance des fréquences cardiaques caractéristiques et des temps de récupération peuvent permettre d’évaluer des hausses anormales qui peuvent être des signes avant-coureurs d’une pathologie naissante ou de fatigue.

4 – ZONES DE FRÉQUENCE CARDIAQUE À ANALYSER POUR QUALIFIER LA RÉCUPÉRATION DE SON CHEVAL

La récupération est l’un des principaux indicateurs de l’état de forme d’un cheval : meilleure est la récupération d’un cheval, meilleur est son fitness. Analysée en parallèle de l’intensité du travail demandé, l’état de forme d’un cheval est un bon moyen de confirmer si un cheval est prêt à courir. Or un état de forme optimal se manifeste par une facilité à récupérer, et donc une excellente récupération lors de gros travaux. 

Afin d’analyser l’évolution de la fréquence cardiaque d’un cheval de course à l’entraînement, on peut délimiter 4 zones de fréquence cardiaque à analyser :

– A. La zone de travail : la vitesse et la fréquence cardiaque sont élevées. Cette zone permet de quantifier le palier de FC atteint pendant l’effort. On peut évaluer la difficulté́ d’un travail en observant à quel pourcentage de la FC Max le cheval a travaillé́.

– B. La zone de décélération en fin de travail : la vitesse diminue de manière importante mais la fréquence cardiaque reste élevée. Témoin de l’intensité́ de l’exercice. À la fin de l’exercice, la vitesse diminue de manière importante, la fréquence cardiaque doit suivre cette diminution.

récupération cardio cheval

– C. La zone de décroissance rapide de la fréquence cardiaque : la vitesse est considérablement réduite et la fréquence cardiaque diminue grandement. Qualifie la récupération rapide, capacité de récupération immédiatement après l’effort.

– D. La zone de décroissance lente de la fréquence cardiaque : la vitesse est considérablement réduite et la fréquence cardiaque diminue doucement. Cette zone qualifie la récupération lente, et donne des indications sur la forme physique. 

Aujourd’hui, l’entraîneur se base entièrement sur son ressenti, son expérience, son feeling et le feedback des cavaliers. Compléter ce processus avec des données objectives telles que la fréquence cardiaque et la récupération permet ainsi de maximiser l’efficacité de la prise de décision sur les engagements et le succès en course, tout en assurant le suivi médical du cheval.

Une utilisation quotidienne d’EQUIMETRE, en s’appuyant sur des exercices standardisés, offre la possibilité de suivre le niveau de forme des chevaux, de les comparer et ainsi d’individualiser l’entraînement, notamment en fonction de la réponse cardiaque des chevaux.  

Si vous souhaitez vous faire accompagner dans la mise en place de solutions connectées afin de collecter des données de cardio, vitesse et locomotion, n’hésiter pas à faire appel à l’un de nos experts !

communication de l'équipe d'un cheval equimetre