Home 9 Cardio 9 Trotteurs : analyser une séance d’Interval Training avec EQUIMETRE

L’Interval Training est une méthode d’entraînement sportif présentant différents cycles d’exercices et comprenant une phase de travail suivie d’une phase de récupération. Ce type de séance, spécifique à l’entraînement du Trotteur peut être analysé à l’aide d’un cardiofréquencemètre.

Cet article a pour objectif de présenter les méthodes d’analyse de l’entraînement d’un trotteur lors d’une séance d’Interval Training, soit d’un entrainement par intervalles à haute intensité. Dans cet article, un bref rappel de la physiologie du Trotteur à l’effort est présenté, les intérêts du suivi de l’entraînement grâce aux données sont exposés puis un exemple concret est expliqué.

Physiologie de l’effort : petit rappel sur les métabolismes énergétiques

Il existe trois mécanismes contribuant au processus de production énergétique :

La filière aérobie : l’organisme utilise l’oxygène présent dans le corps afin de dégrader les graisses et produire de l’énergie. Ce processus est lent à mettre en place et la quantité d’énergie délivrée est limitée par la quantité d’oxygène assimilable. Celle-ci dépend de la capacité pulmonaire maximale et de la fréquence cardiaque maximale : une fois atteintes, le volume d’oxygène apporté aux muscles ne peut quasiment plus être augmenté.

La filière anaérobie alactique : cette filière énergétique ne nécessite pas d’oxygène et ne produit pas d’acide lactique. Elle utilise l’ATP (adénosine triphosphate) contenu dans le muscle afin de produire de l’énergie. Cependant les réserves sont limitées : cette filière s’épuise très rapidement.

La filière anaérobie lactique : cette filière permet de produire de l’énergie grâce à la dégradation du glycogène musculaire ou du glucose sanguin sans utiliser d’oxygène. Le glycogène, contrairement à la graisse est en quantité limitée dans l’organisme, sa dégradation est rapide et produit plus d’énergie. Cependant, ce processus produit un déchet : l’acide lactique. S’il n’y a pas assez d’oxygène dans le sang pour l’éliminer, il s’accumule dans les muscles, dégrade la qualité de contraction et peut causer des douleurs : l’effort doit être limité dans le temps.

Intérêts du suivi d’un entraînement par les données

Les intérêts du suivi de l’entraînement à l’aide de mesures objectives sont multiples :

  • Mesurer la récupération du cheval lors de son entraînement – La récupération est l’un des indicateurs de référence en matière de fitness chez le cheval athlète. En effet, meilleure est la récupération, meilleur est le fitness. Pour l’évaluer, il suffit de collecter la fréquence cardiaque au cours de l’entraînement. Quatre paramètres clés peuvent ensuite être analysés : la fréquence cardiaque maximale, la récupération rapide après l’effort, la récupération après 15 mins et l’évolution de la courbe de fréquence cardiaque analysée en parallèle de la vitesse.

 

  • Évaluer la dépense énergétique du cheval – La conduite d’un test à l’effort au cours d’un entraînement d’intensité élevée permet la prise de mesure lactique et de fréquence cardiaque maximale. Une fois réalisée, les dépenses énergétiques du cheval au cours de l’effort sont déterminées à l’aide de : la FCmax, la V4 et FC4, la V2 et FC2. Ces données de précision apportent un complément à l’entraîneur. En effet, à la suite de ce test, la connaissance des différents paramètres cités lui permet d’évaluer la dépense énergétique de ses chevaux au cours d’une séance de HIT avec la mesure objective de la fréquence cardiaque.
  • Conserver un suivi longitudinal précis – La collecte de données centralisées sur une même plateforme favorise le suivi longitudinal. Des données de référence sont identifiables : lorsqu’un cheval est en forme et performe bien, les données collectées à cette période constituent une référence à atteindre avant chaque grande échéance.
  • Réduire le risque de surentraînement – Grâce à un suivi précis et chiffré, le risque de surentraînement est considérablement réduit. En effet, la charge et l’intensité de travail sont contrôlées et adaptées à chaque cheval.
  • Apporter à l’entraîneur une aide supplémentaire – En confrontant son ressenti avec des données objectives, il réduit le doute et les risques liés à l’incertitude.

Une séance d’Interval Training analysée avec les données EQUIMETRE

L’Interval Training est spécifique à l’entraînement du Trotteur. Ce sont des entraînements qui ont pour objectifs d’améliorer les capacités anaérobies. En demandant au cheval des efforts répétés, courts et intenses, il est contraint d’utiliser la filière anaérobique (alactique ou lactique) pour produire l’énergie nécessaire. Cela résulte en une augmentation de sa résistance à un effort intense, et donc de son fitness. Une séance est généralement composée :

  • D’un échauffement
  • D’un enchaînement de x lignes droites assez rapides
  • D’une récupération au pas d’environ 1 à 5 min entre chaque palier
  • D’une récupération active à la fin de l’entraînement

La première étape consiste à analyser les paramètres clés de l’entraînement. Ce récapitulatif global affiche les données clés qui permettent de visualiser en un seul coup d’œil les performances du cheval pendant cet entraînement.

trotteurs equimetre

La vitesse maximale mesurée ainsi que le meilleur temps sur 500m sont renseignés. Ce récapitulatif global fournit les chiffres clés en termes de fréquence cardiaque du cheval en indiquant la fréquence cardiaque maximale durant l’effort et les rythmes cardiaques après l’effort et 15 min après celui-ci. Nos algorithmes qualifient la fréquence cardiaque après l’effort. Elle peut être Très mauvaise, Mauvaise, Normale, Bonne et Excellente.

La fréquence cardiaque maximale est propre à chaque cheval et ne permet pas de qualifier les performances de l’entraînement. Cependant, cet indicateur est très utile afin d’évaluer les différentes zones d’effort au cours de l’entraînement.

La fréquence cardiaque moyenne au trot est une donnée de référence : elle varie selon les types d’entraînements, mais si une différence majeure émerge entre plusieurs séances d’interval training, un problème sous-jacent peut alors exister.

Les autres données permettent d’évaluer les aptitudes de vitesse du cheval, selon les consignes qui ont été données.

Ensuite, il est intéressant de s’attarder sur la grille d’évolution qui indique le niveau d’utilisation du système cardiaque du cheval selon l’allure et les battements par minute. Cette grille est divisée en 5 sections, de la plus modérée à la plus « dure » pour le cheval. Pour chaque niveau, le temps passé sur celui-ci est précisé ainsi que le pourcentage de temps de l’entraînement durant lequel le cheval est resté à ce stade.

Sur cet exemple, on peut conclure que le cheval a travaillé 3’10 en anaérobie, et 15’57 en phase d’endurance, qui est la phase de développement de la capacité aérobie. Pour référence, le Prix d’Amérique s’étend sur 2700 mètres et en 2021 a été remporté à une allure de 1’10″8.

Il est ensuite important d’analyser les courbes de fréquence cardiaque et de vitesse afin d’évaluer la récupération et le niveau de fitness du cheval.

L’exemple ci-après est composé de 4 paliers de 1000m en ligne droite avec des phases de récupération d’environ 1’30 entre chaque palier. Voici les vitesses et fréquence cardiaque enregistrées lors de la phase intense et de récupération de chaque palier. Le paramètre le plus important à évaluer à l’aide de ces courbes est la capacité récupératrice du cheval en question.

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Vitesse 1er palier 

Récupération 1er palier 

Vitesse 2ème palier 

Récupération 2ème palier 

Vitesse 3ème palier 

Récupération 3ème palier 

Vitesse 4ème palier 

Récupération 4ème palier 

En moyenne, ce cheval a une fréquence cardiaque après intervalle de 100 BPM. Ceci témoigne d’un système cardio-vasculaire performant. En effet, une récupération peut être qualifiée de normale lorsque la fréquence cardiaque mesurée entre les paliers redescend en dessous de 110 BPM. Ce cheval est prêt à courir une course.

Regardons maintenant le cas d’un autre cheval.

Vitesse 1er palier 

Récupération 1er palier 

Vitesse 2ème palier 

Récupération 2ème palier 

Vitesse 3ème palier 

Récupération 3ème palier 

Vitesse 3ème palier 

Récupération 4ème palier 

En moyenne, ce cheval a une fréquence cardiaque après intervalle de 126 BPM. Contrairement au premier exemple, ce cheval n’est pas en assez bonne condition pour courir une course. En effet, on remarque une nette augmentation de la fréquence cardiaque après intervalle au fur et à mesure de la séance, pour arriver à 160 BPM après l’effort.

Mots-clés : entraînement du trotteur français, interval training, suivi de l’entraînement, horse data science, fréquence cardiaque trotteur